Le Passeur de Lois Lowry

Publié le par Lunacy

 

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/4/3/9782211208345.jpg

Resumé

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n'existent pas, la désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le Comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveau-nés inaptes sont "élargis". Personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux. Quand l'oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire.


Mon avis :

Le passeur nous amène dans le monde de Jonas, qui se limite a sa communauté, quelques autres communautés qu’il ne connaît pas très bien, et l’Ailleurs. Jonas évolue dans ce monde entouré dans sa cellule familiale qui tous les soirs répète le même rituel. Chacun leurs tour, ils parlent des sentiments qu’ils ont ressentis dans la journée en essayant tant bien que mal de trouver le mot juste pour les définir, en prenant garde a ne pas confondre la colère avec l’exaspération, par exemple.

La cellule familiale de Jonas se compose de Papa, de Maman et de sa petite sœur Lily. Jonas n’aura jamais de petit frère ou une autre petite sœur. Toutes les familles se composent, dans la communauté, d’un Papa et d’une Maman étant ensemble au vu de leurs caractéristiques personnelles, et d’un enfant masculin et féminin donné aux cellules familliale lors de la cérémonie des un an ou les enfants recoivent un prénom.

Jonas est un onze-an, au début du récit, prêt a devenir un douze-ans. La cérémonie des douze-ans va provoquer de grand changement dans sa vie et dans sa façon de percevoir les choses. Il devra affronter, de nouvelle sensation, la solitude, la différence, l’incompréhension, la douleur aussi parfois.

Et vous, comment réagiriez-vous si vous vous rendiez compte que les différences avaient été effacées pour un identique soi-disant idéal ? Que les personnes autour de vous n’ont pas de sentiment et ne connaissent pas l’amour ? Jusqu’au seriez vous prêt a aller pour faire découvrir a tout ce qu’est la différence ?

Lois Lowry pose ici les questions de la différence, de la valeur des sentiments et des souvenirs. En effet, aussi douloureux qu’ils puissent parfois être, les souvenirs que nous accumulons au fil des années sont un précieux trésor qui nous sert tous les jours quand nous avons besoin de faire face à une situation, de réconfort ou encore pour partager des moments agréables avec autrui.

Jonas, est un personnage extrêmement intéressant qui est capable de réfléchir sur sa situation et ne prend pas tout pour argent contant, il se pose des questions sur les raisons de l’organisation de sa communauté et livre des débats avec lui-même, en tant que lecteur il nous arrive de nous dire que, peut être oui, un monde sans souvenir et sans douleur serait mieux, avant de changer d’avis.

Il m’est arrivé plusieurs fois au cours de ma lecture de me dire de me rappeler que Jonas dans le récit n’a qu’entre 12 et 13 ans quand il découvre la vérité. Je trouve que l’auteur rend assez bien cet aspect en ne rendant pas notre héros plus précoce. Il reste touché par la beauté des choses et terrifié par l’horreur et la peur. Et ,c’est a ce moment que son courage ressort le plus, car il est prêt a tout pour permettre a tout le monde de découvrir a quel point le monde dans lequel il évolue est différent.

 Cette lecture m’a vraiment passionnée et il est très facile de s’attacher aux personnages que l’ont rencontre, tel que Asher, le passeur ou encore le petit Gabriel qui est un symbole d’espoir pour la suite et d’amour. « Le passeur » rejoint mes lectures coup de cœur de l’année 2012. C’est une très belle dystopie qui permet de se poser beaucoup de questions et de réfléchir aussi à notre façon d’appréhender notre monde. Il se lit facilement tout en étant très captivant.


Extrait choisi :

« - Mais pourquoi est-ce que les souvenirs ne peuvent pas être à tout le monde ? Je pense que ce serait peut-être un peu plus facile si on les partageait. […]

 Le passeur soupira.

- Tu as raison, dit-il. Mais alors tout le monde devrait supporter ce fardeau et cette douleur. Ils ne veulent pas de ça. »

 

 

 

Publié dans Lecture

Commenter cet article